Accueil > Conservatoire Mérinos > Conservation troupeau > Expérimentations

Conservation et expérimentations

Malgré son statut de race "conservatoire", le petit troupeau de Rambouillet sert toujours de référence et de support de recherche. Il est également le témoin de l'évolution de la sélection ovine du Moyen-Age au 18e siècle.

En effet, la race pure espagnole n’a pas survécu aux échanges économiques entrepris par le pays au début du 19e siècle. L’Espagne a fini par croiser sa race originelle, dans l’espoir de l’améliorer, et l’a ainsi perdue. Le mérinos de Rambouillet est sans aucun doute, le seul représentant de cette race venue du fin fonds des âges.

Voir la "race mère", fondatrice de nombreux troupeaux et races locales, motive le détour par Rambouillet de nombreux éleveurs étrangers venus en vacances en France ou en Europe.

Certes nos "bêtes à laine" comme ces moutons étaient nommés au début du 18e siècle, semblent bien loin des nouveaux standards surdimensionnés, par croisements successifs, et auraient bien du mal à se mesurer à de tels producteurs de laine mais cette race historique a conservé beaucoup de ses qualités d’origine. La finesse moyenne du troupeau est autour de 19-20 microns ce qui est la moyenne nationale en Australie.

Les pratiques de tonte, spécifiques à l’établissement, servent de modèle dans les transferts de compétences sur le bien-être de l’homme et de l’animal au travail …

Une curiosité scientifique

L’expérience de consanguinité conduite depuis deux siècles, unique en son genre,  en fait une curiosité scientifique et a servi de modèle aux chercheurs pour construire une méthode adaptée à d’autres espèces animales en voie d’extinction. 

Aujourd’hui, il est encore un support de comparaison ou de références pour des programmes de recherche. Il est le descendant direct et l’image fidèle des animaux reproducteurs envoyés à travers le monde pour créer de nouvelles races, le témoin de l’intérêt de la génétique et de la conservation de la biodiversité.

Un patrimoine génétique national

L’intérêt de cette race pour la recherche, sa valeur historique et patrimoniale  ne sont plus à démontrer. Dans le cadre de la biodiversité des espèces animales domestiques et des animaux de rente, sa conservation est essentielle.

Ce patrimoine est géré par la Bergerie Nationale en collaboration avec l’INRA de Toulouse.

Le troupeau de Mérinos de Rambouillet a été constitué à partir de Mérinos Espagnols en deux importations : depuis cette date, aucun sang nouveau n’a été introduit dans le troupeau, conduit en consanguinité "raisonnée" par la Bergerie Nationale de Rambouillet.

Il compte aujourd’hui environ 150 femelles et 20 mâles actifs, soit deux fois moins qu’au moment de sa création.  Dans ce contexte, la gestion de la variabilité génétique est une problématique primordiale.

L’augmentation de la consanguinité, certes inéluctable, a été limitée par l’application de différentes mesures de gestion du troupeau. Depuis 2005, une nouvelle méthode de gestion de la variabilité génétique est appliquée, visant à minimiser l’augmentation de la consanguinité du troupeau.

Les accouplements,appelés « lutte », se déroulent généralement en juin-juillet. Les femelles sont réparties en une quinzaine de lots de lutte, chaque mâle étant accouplé avec 5 à 10 femelles.

Les jeunes mâles destinés à la reproduction sont choisis au printemps d’après différents critères. Le nombre de jeunes béliers retenus varie de 5 à10 selon les années, le but étant de faire un turn-over rapide des béliers actifs. Le nombre moyen d’années d’utilisation d’un mâle est compris entre 1,73 et 2,67 ans. Peu de mâles sont utilisés plus de 2 ans.

Conservation et suivi scientifique du troupeau

Ce petit troupeau est en danger permanent. A la merci d’une épidémie, d’une catastrophe naturelle ou autre désastre, il est, par conséquent,  nécessaire de conserver des souches de cette race-mère à la Cryobanque Nationale. La sauvegarde des gènes du troupeau se fait donc grâce à la cryoconservation de gamètes, d’embryons et de cellules.

L’implication de l’INRA

L’Inra participe à la gestion du troupeau de la Bergerie Nationale. Les unités concernées sont les suivantes :
. Toulouse Castanet-Tolosan, SAGA (I. Palhières et D. Allain) pour la gestion des accouplements, le travail sur la qualité de la laine
. Tours Nouzilly, UMR, Physiologie de la Reproduction et des Comportements pour la collecte des embryons

Des recherches scientifiques menées par l'INRA
Le Mérinos de Rambouillet constitue un exemple unique au monde, autant génétiquement que d'un point de vue patrimonial. Le troupeau se reproduisant depuis plus de 200 ans sans aucune introduction extérieure et avec un effectif limité, le coefficient de consanguinité de la race est estimé à plus de 52%. Cette espèce est donc une référence pour les organismes de recherches (INRA) ou de sélection (Institut de l'Elevage), notamment sur l'effet de purge de la consanguinité intéressant pour d'autres races et espèces. Au-delà de la consanguinité, le développement de la cryoconservation, la préservation de la finesse de la laine, le "ressaisonnement" du troupeau, sont autant de sujets d'études complémentaires.

Participation  à des programmes de recherche menés en France et à l’étranger

Le projet CRYOSITU : Analyse et optimisation de la complémentarité entre la cryobanque nationale et les dispositifs de gestion in situ des populations animales.

Cette étude, qui s’est déroulée de juin 2007 à juin 2009, sous la responsabilité de deux chercheurs de l’INRA : Etienne Verrier et Isabelle Palhière, était également soutenu par le Bureau des Ressources Génétiques. Elle comprenait un volet "bovin" et un volet "ovin". Pour les ovins, il s’agissait de deux populations fortement consanguines : la race Mérinos de Rambouillet et la population expérimentale de race Préalpes, à l'INRA de Tours.
En Mérinos de Rambouillet, le projet a financé le génotypage de 25 microsatellites sur 120 animaux, qui ont été comparés à 50 animaux de race Mérinos d'Arles, typés sur les mêmes marqueurs.
2011/2012 : Un projet avec l’Inra de Toulouse est actuellement en attente de réponse de l’ANR.

Expérimentation de manteaux pour l’amélioration de la qualité de la laine

Depuis 2007 une volonté d’améliorer la qualité de laine du troupeau à amener à une expérimentation de manteaux australiens. Ceux-ci en protégeant la laine des rayons UV et surtout de graminées, brindilles et petits morceaux de pailles nuisant à la transformation de celle-ci en vêtements ont donné satisfaction sur la propreté des toisons. Cependant en raison du contexte climatique humide, il semble que ces manteaux augmenteraient la proportion de jaune orangé dans la fibre. Les mérinos ne sont plus revêtus de ces manteaux sur de longues périodes, en revanche ces vêtements  peuvent être utilisés ponctuellement.

CEZ - Bergerie Nationale - Parc du château - CS40609 - 78514 Rambouillet cedex 
Tél. accueil standard : 01 61 08 68 00  -  Tél. Ferme pédagogique : 01 61 08 68 70